7 min. de lecture

Le syndrome de la page blanche, c'est de l'histoire ancienne

Contenu rédigé à 100% par un vrai humain, et non une IA ✍️

Au programme de cet article :

Je ne suis pas écrivain, mais j’écris une heure par jour depuis 2016. 

Je n’ai pas calculé combien d’heures cela fait au total, mais cela en fait un paquet. 

Articles de blog, newsletters, pages de vente, posts pour Linkedin ou Twitter et même des livres. J’ai créé du contenu sur à peu près tous les formats imaginables du web. Et je continue encore. 

Mes textes ne sont pas parfaits - loin de là.

Mais s’il y a bien une chose dont je suis fier, c’est de ne jamais m’être laissé submerger par le syndrome de la page blanche (writer's block en anglais).

Ce syndrome désigne notre incapacité à produire quoi que ce soit. On reste, littéralement, bloqué devant notre écran, sans inspiration. Le curseur de la souris clignote dans le vide et il ne se passe rien. Paralysé par la peur et l'angoisse.

Certains jours d’écriture sont plus difficiles que d’autres, bien sûr. Mais je ne me retrouve jamais bloqué au point de ne rien faire. Je trouve toujours des solutions pour surmonter les doutes et laisser ma créativité s'exprimer.

La vérité, c’est que je ne me l’autorise pas. Je ne me suis jamais laissé le luxe de rester bloqué et j’ai très vite mis en place des stratégies pour avancer. Comme le dit très bien Seth Godin, “aucun plombier ne rencontre de blocage devant un tuyau de canalisation. Il fait juste ce qu’il a fait faire.” 

C’est la même chose pour un écrivain, créateur de contenu ou rédacteur. 

Et dans cet article, je vous livre mes secrets.

Je ne vais pas vous partager des stratégies théoriques qui ne fonctionnent que sur le papier. Je vais vous partager des vrais conseils glanés sur le terrain, grâce à mon expérience.

Réduire la pression et se concentrer sur le processus

Vous n’allez pas produire de chef-d'œuvre et personne ne vous lira.

Cela peut sembler brutal, mais c’est le sort objectif et réaliste qui attend ce que vous vous apprêtez à écrire.

Selon moi, la première grande origine du syndrome de la page blanche réside dans l’excès de pression que l’on se met. Notre penchant perfectionniste prend le dessus et on s’invente mille excuses pour justifier notre procrastination.

La solution à ce problème est simple : arrêtez de penser à la version finale de votre texte. Arrêtez de penser à ce que vous voulez accomplir avec celui. Arrêtez de penser à vos objectifs marketing. Arrêtez d’anticiper la réaction des gens et de votre audience quand ils le liront.

Mettez de côté votre ego et votre amour-propre. Concentrez votre esprit plutôt sur ce qui est devant vous et le processus.

Lorsque j’ai commencé à écrire en 2016, je suis tombé sur une interview de Tim Ferriss qui racontait son fonctionnement. Lorsqu'il écrit, il y explique que son seul objectif est de publier “two crappy pages a day” (“Deux pages merdiques tous les jours”). Si on répète cela suffisamment de temps, à un moment, le projet prend vie. Deux pages par jour et, à un moment, le roman prend forme. C'est mathématique.

C’est un conseil qui m’a marqué et que j’ai ensuite appliqué de manière rigoureuse. 

Dès que j’écris, je me répète que mon objectif n’est pas d’écrire un super article de référence dans mon domaine (même si c’est le cas).

Je me dis que j’essaie juste d’écrire 500 mots. Rien de plus. 

Cela fonctionne très bien. Et ce sera la même chose pour vous. Vous allez voir que si vous respectez le processus, le résultat viendra de lui-même. Si vous écrivez 500 mots par jour pendant 5 jours de suite, cela vous donne un article de 2 500 mots. Encore une fois, c’est mathématique.

Avec le temps, j’ai un tout petit peu fait évoluer cette stratégie. Plutôt que de me fixer un objectif de mots, je me fixe un objectif de temps. Soixante minutes d'écriture chaque jour.

J’ai donc un créneau bloqué dans mon calendrier, chaque matin pour écrire. Quoi qu’il arrive. Et c’est la première chose que je fais dans ma journée. Sans attendre l'inspiration divine.

surmonter page blanche rédaction écrivains

On relâche la pression.

Créer les conditions optimales

Deuxième élément pour vaincre la page blanche : créer des conditions propices. 

Si vous essayez d’écrire une fois de temps en temps, ici et là, entre deux sessions de travail, vous pouvez être certain que vous n’y arriverez pas. 

L’écriture est une discipline qui demande d’être prise au sérieux. Comme le dit Joël Dicker dans l’Affaire Harry Quebert, “l’écriture est un sport de combat”

Vous avez besoin de créer des conditions optimales pour écrire. Vous avez besoin de vous conditionner, vous mettre dans les bonnes dispositions mentales et dans le bon environnement. L’auteur est un athlète qui utilise ses facultés mentales plutôt que ses bras.

Voici plusieurs conseils essentiels à ce sujet, que j’applique : 

  • Créer une routine. Essayez d’écrire tous les jours, à la même heure et dans les mêmes conditions. Essayez d’entourer vos séances de rituels pour montrer à votre cerveau que c’est l’heure d’écrire. Mettez un certain type de musique, faites-vous un café, etc. Votre routine et votre environnement sont vos meilleurs alliés.
  • Écrire assis derrière un bon bureau. Un boxeur a besoin d’un ring de boxe pour s'entraîner de manière sérieuse. Un auteur a besoin d’être bien installé et bien assis pour se concentrer pleinement dans sa tâche.
  • Couper toutes les distractions. L’écriture est une tâche qui demande une grande concentration et énergie mentale. Vous devez absolument faire le vide autour et vous mettre dans une bulle pour écrire. Mettez votre téléphone loin de vous (des études ont prouvé que le simple fait d’avoir son téléphone dans son champ de vision diminue votre capacité de concentration) et coupez toutes les notifications de votre ordinateur. Votre capacité d’attention est votre bien le plus précieux, surtout dans un monde de distraction infinie.

À ce sujet, cette vidéo est incontournable : 

Traitez votre écriture comme le ferait un professionnel. Exactement comme le font tous les écrivains.

Entraîner votre muscle

Ce troisième conseil m’est très cher.

Je suis convaincu que l’écriture, comme n’importe quelle discipline ou sport, est un muscle. 

Quand on sollicite ce muscle pour la première fois, c’est difficile et fastidieux. Rien ne semble naturel. Quoi que l’on fasse, nos performances sont mauvaises.

Mais si l’on persévère et que l’on se force à dépasser ces quelques premières sessions inconfortables, alors les choses deviennent plus simples. Notre muscle commence à se former et à s’habituer. 

L’auteur japonais Haruki Murakami a rédigé une autobiographie complète dans laquelle il fait un parallèle entre l’écriture et la course à pied. (Je vous recommande le livre, il est excellent.).

Murakami conseils dépasser blocage page blanche
L'écrivain japonais Haruki Murakami

Murakami explique très bien que plus on répète les efforts et plus on y prend goût. Plus on le fait et plus on est capable de le faire.

Le réel enjeu est d’avoir la volonté de lancer la machine. Le courage d’aller au-delà des premières sessions et de la peur initiale.

Ensuite, il faut faire l’effort conscient d’alimenter la machine et de pratiquer de manière régulière. Murakami explique que "par la répétition, vous transmettez à vos muscles le message que c'est la quantité de travail qu'ils doivent fournir." Si vous écrivez une heure tous les jours, vous imprimez dans votre esprit qu’il s’agit de la charge de travail minimal à effectuer. Et il s’y habitue. 

Les mauvais jours comptent davantage que les bons jours. On peut tous écrire quand on se sent inspiré et bien motivé. Mais c’est votre détermination lors des mauvais jours qui va déterminer votre trajectoire long terme et solidifier votre muscle.

Vous pouvez coupler cette approche à la stratégie qui consiste à ne pas briser la chaîne.

Le principe est de cocher une case dans votre calendrier à chaque fois que vous respectez une habitude. Par exemple, dès que vous avez effectué une session d’écriture.

À mesure que vous êtes régulier, votre chaîne de cases cochées va s’allonger. Et vous aurez une incitation supplémentaire de ne pas vous arrêter : l’envie de ne pas briser la chaîne. 

Créer à partir de l’abondance

Autre point très important pour surmonter le syndrome de la page blanche : ne pas créer en partant du vide. 

Si à chaque fois que vous décidez d'écrire, vous vous retrouvez devant votre écran en vous demandant ce que vous allez raconter, cela ne marchera pas.

Vous avez besoin d’un système pour capturer les idées, les réflexions et le matériel qui va nourrir votre écriture. De telle sorte à toujours avoir une idée sur le feu, sur laquelle vous souhaitez écrire.

Cela va vous permettre de créer à partir de l’abondance. À partir de la masse d’éléments que vous accumulez au fur et à mesure sur le web. Plutôt que de partir de zéro à chaque fois.

Concrètement, voici ce que j’ai mis en place dans mon quotidien :

  1. J’ai créé un système de prise de notes simple et efficace. Ce système me permet de collecter et de centraliser automatiquement les meilleurs passages des contenus que lis sur le web. Cela me crée une gigantesque banque d’idées, dans laquelle je peux piocher quand je le souhaite.
  1. J’ai un petit carnet Moleskine que j’emporte partout avec moi. Je l’utilise pour noter mes pensées et mes idées à la volée. Il me sert aussi de journal intime sur mon aventure de créateur de contenu et d'entrepreneur. Je le feuillette de manière régulière pour y puiser de l’inspiration. J'y consigne aussi des apprentissages après chaque livre et lecture.
  1. J’ai une page très simple sur Notion qui me permet de noter mes idées de contenus (spécifiquement pour LinkedIn). Dès que j’ai une idée de posts LinkedIn, je l’ajoute sur cette page, en y mettant les éléments qui me viennent sur le moment. Ensuite, dès que je me mets en tête de rédiger un nouveau post LinkedIn, j’ouvre ce document et sélectionne l’idée qui m’inspire. 

Voici à quoi cela ressemble : 

Syndrome page blanche

Je ne pars jamais de zéro, et cela change tout. Je capture l'inspiration quand elle me vient et je m'en sers pour mes contenus (articles, posts, etc.). Niveau inspiration, cela change tout.

Séparer création et critique

Autre conseil particulièrement utile pour dépasser le syndrome de la page blanche : ne pas laisser votre cerveau critique s’immiscer dans votre créativité.

Personnellement, j’aime penser la rédaction d’un article de blog en deux phases : 

  • Phase n°1 : rédaction du premier jet. Ce premier brouillon doit s’écrire rapidement, en activant le mode “bulldozer”. Votre objectif est de respecter la structure de votre plan et de donner vie à la V1. Important : lors de cette phase, vous devez débrancher la partie critique de votre cerveau. Votre seul but est de créer à partir de zéro.
  • Phase n°2 : peaufinage et affinage. C’est seulement ensuite que vous pouvez utiliser votre esprit critique pour relire votre texte et faire les ajustements nécessaires.

L’une des grandes erreurs est de vouloir tout faire d’un coup : créer son texte et le critiquer en même temps. Évidemment que cela ne peut pas marcher ! Évidemment que l’on se retrouve paralysé et incapable d’avancer !

La création et la critique sollicitent des zones différentes de notre cerveau. Ce serait comme vouloir conduire une voiture en appuyant à la fois sur l’accélérateur et le frein. Cela n’a aucun sens.

Savoir où vous mettez les pieds avant de démarrer

Ce conseil me tient particulièrement à cœur.

Selon moi, la source numéro une du syndrome de la page blanche réside dans l’absence de réflexion et de préparation sur ce que vous allez écrire. 

Si vous écrivez vos textes sans prendre le temps de réfléchir à un plan et une structure préalable, c’est très compliqué. Les bons jours, vous allez réussir à écrire, mais les mauvais jours, vous ressentirez un blocage insurmontable. 

Je le vois à chaque formation que j’anime : le plus grand défi n’est pas de faire claquer vos doigts sur votre clavier mais de savoir ce que vous voulez dire. D’être suffisamment au clair avec vos idées pour ensuite les articuler correctement dans votre rédaction.

C’est exactement pour cela que je recommande à tout le monde de commencer sa rédaction, peu importe le format, en travaillant d’abord sur sa structure. 

La situation idéale est la suivante : vous avez tellement bien fait ce travail initial que vous avez un plan détaillé, composé de parties, de sous-parties et d’arguments à utiliser à chaque fois. Ensuite, la phase de rédaction est extrêmement simple. Il vous suffit de suivre cette trame et de rédiger des phrases.

Aucun risque de blocage.

La méthode Hemingway

Dans cet article, j’ai essayé de vous partager un maximum de méthodes concrètes et actionnables sur le terrain. Et que j’utilise moi-même. Celle-ci déroge un peu à la règle puisqu’elle nous vient d’Ernest Hemingway (l'un des plus grands auteurs).

Hemingway avait une technique amusante pour ne jamais se retrouver face à sa feuille blanche : il arrêtait ses sessions d’écriture en plein élan. Il arrêtait ses sessions quand il savait ce qu’il voulait dire juste après.

Finie la peur et l’angoisse de ne pas savoir quoi dire ensuite. Quand il démarre une session, Hemingway savait précisément où il en était et comment il devait continuer. 

Cette technique est particulièrement utile pour les écrivains et auteurs de fiction qui s’embarquent dans des longues histoires. 

Elle nous offre une respiration et nous permet d’infuser de nouvelles idées entre-temps. 

Au revoir mauvais souvenir

Un jour, un ami créateur de contenu m’a dit la chose suivante : “le syndrome de la page blanche n’existe pas pour une raison simple : c’est impossible de ne pas réussir à écrire. Si tu restes assez longtemps devant ta page, elle va forcément commencer à se remplir”.

Je suis totalement d’accord avec lui.

Appliquez les quelques bonnes pratiques que je viens de vous partager et je vous garantis que ce syndrome sera de l’histoire ancienne. Vous verrez que ce n'est qu'un mirage de notre esprit qui nous détourne de notre projet. Et si ce problème persiste : je vous engage à m’envoyer un message pour me le signaler ! On prendra le temps de discuter de votre cas.

Vous êtes un professionnel, rien ne peut vous arrêter.

Aucun commentaire n'a été posté
Poster un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Merci ! Veuillez patienter, votre commentaire va être publié...
Recharger la page
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Envie de progresser en écriture ?

Inscrivez-vous à notre mini-cours gratuit par email et commencez à améliorer vos textes, dès maintenant.

apprendre écrire article de blog

5 jours pour écrire de meilleurs articles de blog

Découvrez les stratégies, principes et tactiques à utiliser pour écrire des articles de référence.

C'est parfait. Rendez-vous dans votre boîte email pour valider
votre inscription !
Oops, petit erreur. 
Merci d'actualiser la page et de réessayer !
apprendre écrire article de blog

Masterclass Copywriting Gratuite

Comment doubler ton chiffre d’affaires en tant que freelance Copywriter, en 2024
(quand tout le monde a peur des IA et croit que le marché est saturé)

C'est parfait. Rendez-vous dans votre boîte email pour valider
votre inscription !
Oops, petit erreur. 
Merci d'actualiser la page et de réessayer !

Pour poursuivre votre lecture

Voir toutes les ressources
Commencer à écrire en ligne : les bases

Le guide pour créer votre blog en 6 étapes

Je crois beaucoup au blog, c’est un outil qui m’a permis de créer beaucoup d’opportunités. Dans cet article, je partage avec vous les bonnes pratiques pour lancer à votre tour un blog qui performe.

6 min. de lecture
Progresser en écriture

Comment écrire un post LinkedIn : nos meilleurs conseils

Accroche, développement et conclusion. Voici les ingrédients pour réussir votre prochain post LinkedIn.

5 min. de lecture
Progresser en écriture

Le succès de votre post LinkedIn dépend de votre phrase d'accroche

80% du succès de votre post LinkedIn se trouve dans ses trois premières lignes. Je vous explique comment les réussir.

5 min. de lecture

Ce qu'ils disent à propos de Sauce Writing