Retour
choisir salariat ou freelance
Article invité

Salariée et freelance : comment et pourquoi je cumule deux activités !

Cumuler deux activités ? Quelle drôle d’idée ! Entre charge de travail conséquente, rémunération qui augmente ou encore opportunités, découvrez pourquoi j’ai fait ce choix !

10 min. de lecture
Éléonore Lefaix
September 14, 2021
10 min. de lecture
Article invité

Cet article a été rédigé par Éléonore Lefaix dans le cadre du Bootcamp d'écriture Sauce Writing.

Bonne lecture !

----

- “Tu fais quoi dans la vie ?” 

C’est une question posée une ou plusieurs fois par mois. À cette dernière, nous répondons en général par un ou deux mots : “médecin, graphiste, community manager, comptable, entrepreneur…”. 

Depuis un an, je réponds avec plus de mots et surtout avec un ET. Oui, depuis un an je suis freelance en tant que rédactrice web/community manager ET salariée à temps plein chez l’un de mes anciens clients en tant que Rédactrice en Chef/Content Manager.

Est-ce dur de cumuler les deux activités ? Pourquoi ne pas juste être freelance ? Pourquoi ne pas simplement avoir un CDI ? Tant de questions que je me pose et que l’on me pose. 

Aujourd’hui, il y a 930 000 freelances en France. Un chiffre en hausse depuis plusieurs années, qui continuera d’augmenter suite au COVID. Presqu’un million de personnes sont freelances, mais nombreuses sont celles qui abandonnent au bout d’un an. La difficulté à trouver des clients, une rémunération insuffisante sont des raisons qui les font revenir sur un CDI. 

On compte également plus de 25,5 millions de salariés

Des situations différentes, présentant chacune des avantages, des inconvénients, correspondant aux envies et besoins personnels de tous. Deux activités qui peuvent également être complémentaires.

Dans ces chiffres, certains sont comme moi et cumulent deux activités (parfois plus). D’autres (comme toi peut-être?) aimeraient tenter l’expérience du freelance, mais préfèrent garder le confort et la sécurité du CDI. Enfin, certains en freelance veulent peut-être (re)tenter l’expérience du CDI, tout en conservant une activité de freelance.

Aujourd’hui, j’ai décidé de poser des mots sur une situation qui peut sembler complexe, de laquelle certains sont admiratifs, mais aussi d’une situation qui attire de plus en plus de personnes. 

Dans cet article, je vous affirme que le monde du travail à changer. J’expose ensuite les avantages et inconvénients du salariat, du freelance et des deux cumulés. 

Pour finir, je déballe mon expérience personnelle pour que vous profitiez d’un cas CONCRET, personnel et honnête.



Le monde du travail a changé, c’est certain

Le nouveau mot interdit depuis 2020 ? Je dirais que c’est COVID. Cette pandémie mondiale a impacté tout le monde et a engendré de nombreuses transformations, tant au sein des entreprises que dans la société, la manière d’être avec les autres…  

Le télétravail est devenu monnaie courante et plusieurs de mes amis m’ont dit “en fait c’est bien de bosser de chez soi, je comprends pourquoi tu kiffes être en freelance.” Et oui, travailler depuis chez soi ne veut pas nécessairement dire rester en pyjama et regarder Netflix avec les conférences Zoom ouvertes en arrière-plan pour faire acte de présence. 

Aujourd’hui, 26% des actifs français télétravaillent régulièrement et parmi eux, 31% déclarent le faire tous les jours de la semaine. 

Le télétravail c’est pratique et sympa. Ça permet d'aller à un rendez-vous perso entre 12h et 14h, de recevoir les colis en étant à domicile. Certains sont d’ailleurs plus motivés en travaillant depuis chez eux. 

Mais comme tout, le télétravail a ses côtés sombres. L’isolation notamment , du fait de parler à travers un écran, sans forcément échanger en réel. Il y a aussi le fait d’être trop connecté et de ne pas savoir s’arrêter.


Une donnée pour appuyer l’impact COVID : 44% des salariés sont en détresse psychologique. Un chiffre élevé qui explose avec le retour progressif au bureau, les burn-out etc. Avec la pandémie et l’impact du télétravail, certains employés ont perdu le lien avec leurs collègues.

Ce qui nous amène à l’autre mot à la mode : la santé mentale. La santé mentale concerne tout le monde. Cette dernière amène des choix, des réflexions qui n’auraient peut-être jamais eu lieu sans la crise sanitaire. 

En scrollant sur LinkedIn, je me rends compte que beaucoup de personnes passent aujourd’hui du salariat au freelance. Les raisons ? 

  • faire ce qu’ils aiment
  • travailler sur un projet précis
  • devenir digital nomade…

Si l’on prend le monde du travail, il y a 50 ans et maintenant, on s’accorde pour dire qu’il est bien différent. De nouveaux métiers sont nés et expliquer à nos grands-parents, nos parents ce que l’on fait, se résume à faire un puzzle en ayant une pièce manquante. 

Le travail de 7h à 17h, tout le temps au même endroit, n'existe quasiment plus. Entre open space où les places changent tous les jours, les rendez-vous clients, le télétravail, les collaborateurs ont plus d’autonomie et de liberté.

Les personnes qui travaillent sont aujourd’hui beaucoup plus connectées qu’auparavant. Les informations sont plus disponibles. C’est d’ailleurs grâce à Internet et compagnie, qu’il est aujourd’hui possible de travailler simplement avec un ordinateur et une connexion Internet, peu importe l’endroit.

En sortant d’études les options sont plus nombreuses : 

  • signer un CDI 
  • lancer sa boîte 
  • devenir freelance

Avant, la majorité se lançait et CDI, en changeait trois ou quatre fois, avant de partir à la retraite. Aujourd’hui, et avec l’arrivée de la Génération Z, les aspirations sont différentes.

On fait ses armes à droite, puis à gauche, on teste, on échoue, on recommence, on change trois fois de boîtes en deux ans. Les regrets sont sûrement moins importants qu’il y a des dizaines d’années.

Tout ça pour dire, qu’avec les évolutions de la société et du monde du travail, il n’y a plus que le salariat. Il est possible de compiler deux activités, comme le fait d’être salarié et freelance.

Salarié ou freelance, que choisir ?

Comme expliqué plus haut, il y a plusieurs options pour découvrir l’aventure freelance. 

  • Certains font le choix de faire leurs armes dans une ou plusieurs entreprises en CDI avant de se lancer
  • D’autres débutent leur activité de freelance en parallèle de leur CDI pour tâter le terrain et conserver une certaine sécurité 
  • Certains font le chemin à l’envers en se (re)lançent dans le bain du CDI après avoir fait leur expérience en freelance

Ici, je vais parler des avantages de chaque statut à savoir le salariat et le freelance, de mon point de vue. On abordera ensuite la complémentarité des deux activités. 

Être salarié : un statut confort et ancré dans la société

Le fait d’être salarié est un statut ancré depuis longtemps dans notre société. Après des années d’études ou sans études d’ailleurs, la voie commune veut que “tu signes ton premier CDI” comme savent le dire les parents. 

Dire à ses proches que l’on se lance dans le bain de l'entrepreneuriat et que l’on part de zéro, a toujours un effet électrique. 

Après tout, un CDI semble avantageux dans tous les sens du terme. Parmi les avantages les plus populaires  : 

  • un salaire fixe qui tombe tous les mois
  • d’éventuelles primes en fonction du poste
  • à minima 5 semaines de congés payés par an
  • des horaires de travail plus ou moins fixes
  • une couverture sociale 
  • une sécurité de l’emploi
  • des cotisations traditionnelles pour la retraite
  • profiter d’une vie d’entreprise (collègue, activités)
  • avoir des tickets restaurants
  • une cotisation pour la retraite


Être Freelance : vivre une vie rêvée ?

Après ma première année d’activité en freelance, j’ai écrit un article sur “devenir freelance où comment vivre une vie presque rêvée”. Dans ce dernier, j’expliquais certes les premières difficultés rencontrées, mais surtout la liberté que je ressentais.

Parmi les avantages à être freelance, on retrouve :

  • travailler sur des projets différents
  • choisir avec qui on travaille
  • travailler sur des horaires flexibles 
  • décider de son nombre de semaines de vacances
  • travailler d’où l’on veut (et ainsi être digital nomade)
  • développer parfois plus vite ses compétences
  • être décisionnaire de ses revenus
  • pouvoir dire non plus facilement…

L’un dans l’autre avec simplement les avantages, être salarié ET en freelance semblent être un combo idéal, notamment côté revenus. Être en freelance permet de gonfler son revenu en CDI, profiter d’extras et parfois même de revenus supérieurs à celui en CDI. 


CDI ou freelance ? Pourquoi pas les deux ?<

Si l’on sépare les deux, il y a bien entendu des inconvénients. Je citerais davantage ceux en freelance, car c’est ceux que je connais le mieux : 

  • insécurité des revenus 
  • difficulté à trouver un logement 
  • incompréhension des proches
  • les joies de la comptabilité… 
  • comprendre le système de retraite, les cotisations… 
  • se faire un nom parmi l’océan de freelance déjà existant

En tant que salarié, il y a également des inconvénients : 

  • hiérarchie 
  • processus parfois longs pour tester une idée, un concept ou négocier un salaire
  • manque de flexibilité
  • toutes les entreprises n’acceptent pas qu’un employé travaille en parallèle 
  • des clauses dans le contrat parfois lourdes ou bloquantes

La complémentarité du salariat et du freelance semble idéale notamment sur l’aspect financier. L’argent est important, notamment dans une société d’ultra-consommation, mais n’oublions pas : l’argent ne fait pas le bonheur. 

Comme dit plus haut, la majorité des personnes vont d’abord acquérir de l’expérience en startup ou en grand groupe. Une fois le tour de la question fait, une expertise développée, un réseau bien alimenté, ils se lancent en freelance.

Débuter son activité de freelance, en étant salarié présente un GROS avantage : LA SÉCURITÉ. 

Si demain tu te lances en freelance, en quittant ton CDI et sans client… Alors oui il y a le chômage, mais souvent le niveau de vie en prend un coup. Mais, si tu perds ton emploi, tu auras encore ton activité de freelance et inversement.

Commencer son activité de freelance progressivement, en essayant de trouver son premier client, développer son personal branding, ça prend du temps. Les résultats ne sont pas immédiats et surtout il faut faire preuve de patience et d’organisation

En fonction de la thématique sur laquelle tu souhaites te lancer en freelance, il est possible de travailler une heure par jour sur un projet, ou bien quelques heures le week-end. Cela suffit pour terminer en temps et en heure, une mission à 1500 euros 

Après un an en freelance, en parallèle d’un CDI ou non, nombreux sont ceux qui abandonnent la partie freelance. Trop dur, trop complexe, concurrence en fonction du domaine d’expertise, devenir freelance ne se fait pas en claquant des doigts

Avoir deux activités, c’est un choix, une décision réfléchie. Cela permet de tester le format qui correspond le mieux, celui le plus adapté à tes envies, tes choix, tes aspirations. Être en CDI et débuter son activité de freelance offre l’opportunité de mettre un pied dans le bain, sans se brûler.

Après avoir testé le format il y a donc deux options : 

  • devenir freelance, car convaincu par ce format 
  • redevenir salarié, en ayant l’impression d’avoir échoué

Ce dernier point est important, car ce n’est pas un échec, loin de là. Avoir essayé, c’est déjà une réussite. Il faut plutôt réfléchir au “pourquoi ça n’a pas marché”, que de s’en vouloir ad vitam aeternam.

Freelance et salariée, un cas concret : le mien

Pour la petite histoire, j’ai accepté le fameux CDI, lorsque je suis partie à Bali avec des inconnus, quand le COVID n’était encore qu’un petit virus. J’ai pris un petit-déjeuner avec Yohann, le cofondateur de Monsieur Student. Un petit-déjeuner normal jusqu’à ce qu’il me dise “bon on a un poste qui va s’ouvrir en CDI et je te le propose à toi en premier”.

J’ai avalé mon chocolat chaud de travers et s’en suis suivi une longue réflexion au soleil. Contrairement à la majorité des personnes qui sortent d’études, signent un CDI et le quittent potentiellement après avoir acquis une certaine expérience, j’ai fait l’inverse.

Je suis sortie de mes études, j’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que freelance et j’ai finalement toujours été curieuse de ce que représente le CDI.

Une semaine avant de rentrer en France, je décide de répondre à Yohann. Ma réponse est juste en-dessous. Un mail courageux, culotté et osé d’après plusieurs personnes.



(vous m’excuserez les quelques fautes d'orthographe dans le mail, c’était l’émotion)


Accepter un CDI était un changement sur de nombreux points, évoqués par la suite, mais surtout il y avait deux conditions importantes pour moi : 

  • continuer à travailler en freelance avec certains clients 
  • pouvoir travailler en remote facilement (le COVID a continué et ce point a été plus compliqué)

Les conditions acceptées, une nouvelle vie allait s’offrir à moi, dès août 2020. 

Depuis, je suis salarié à temps plein et freelance à temps plein. Sans mentir, oui il est parfois difficile de mêler les deux. La raison ? La surcharge de travail.

Pourquoi ? Par peur de ne pas répondre à toutes les demandes reçues aussi bien en freelance qu’en CDI, la peur de perdre un client, la peur de ne pas faire assez. (ça fait beaucoup de peur, mais c’est une réalité). 

Qu’on se le dise, j’ai sûrement trop de clients en freelance par rapport à ma bande passante, celle de ma vie. Étant depuis 4 ans en freelance, il est difficile de couper le cordon et je m’imagine facilement en Wonder Woman. J’aime le challenge, j’aime les nuits courtes et travailler la nuit (sauf après avoir bu trop de bières). 

Depuis un an donc, je suis salariée à plein temps et freelance. Honnêtement, mon quotidien est bien rythmé. Mes nuits sont parfois courtes. Mes week-ends mêlent détente et travail. Et moi dans tout ça ? Je le vis plutôt bien

Mes journées mêlent de nombreuses activités : 

  • poster des stories/des publications sur les différents comptes que je gère
  • la rédaction d’articles allant de la dernière aide pour les étudiants, à un iPhone en promotion, sans oublier un outil génial pour créer des tweets visuels, 
  • la création de contenus pour une activation étudiante

je jongle avec les sujets, comme je jongle avec les mots. C’est une question d’habitude (parfois de mauvaises habitudes). 

J’ai parlé d'honnêteté alors je me dois de l’être. En mai 2021, je n’étais pas fière et plutôt proche du burn-out. Accumuler du travail dans tous les sens, avoir peur de déleguer (chance lorsqu’on manage des personnes en CDI), avoir peur de se planter, avoir peur de dire “non j’ai pas le temps” et ne plus savoir quoi faire, voilà comment j’étais. 

Fatiguée, à fleur de peau, j'avais envie de tout lâcher et je me suis aussi renfermée sur moi-même en gardant cela pour moi. Me plaindre pour des choses futiles toutes les 5 minutes je sais faire (demande à mes collègues), mais me plaindre sur mon mode de vie, mes choix, ça non. Je me suis posée des questions pendant quelques semaines.

Même si de 10h à 19h, je bosse dans un bureau avec mes collègues dans le cadre de mon CDI, je suis ce qui se passe du côté freelance (répondre à des mails, vérifier une publication…). Je me lève plus tôt le matin pour travailler sur mes missions en freelance. 

C’est un choix et je ne demande pas à ce qu’on me plaigne. Idem, si le soir, plutôt que d’aller boire un verre ou mater Netflix toute la soirée, mon ordi est ouvert et je travaille.

C’est un test, un mode de vie que je tiens depuis un an et qui bien que parfois compliquée me plaît. 

Je n’ai jamais eu de CDI. J’ai eu la chance de le choisir, car il m'a été apporté sur un plateau d’argent. Un projet qui me tient à cœur, des personnes que j’apprécie, je ne pouvais pas demander mieux comme premier CDI (une augmentation peut-être ? je plaisante). 

Oui j’aime faire plein de choses en même temps, réfléchir sur 1000 idées à la fois. 

La vérité, c’est que je fais un travail qui me plaît et surtout qui satisfait aussi bien mon équipe, que mes clients ou les personnes qui me lisent.

Le combo freelance et salariat est une affaire personnelle et surtout une affaire de temps. 


L’important c’est d’être heureux

On oublie souvent qu’une journée n’est composée que de 24 heures, dont : 

  • 6 à 8 heures à dormir
  • 1 heure dans les transports 
  • 30 min ou 1 heure pour se détendre, faire du sport 
  • 7 heures en CDI (peut être 5h en freelance)

Et le reste du temps ? On mange, on sort, on visite, on apprend, on se cultive, on fait des rencontres. C’est aussi durant ces 24 heures qu’il faut accumuler les deux activités, à savoir freelance et CDI.

Le titre de cet article est “Être salarié et freelance : est-il possible de cumuler deux activités professionnelles ?”.

Si tu me croises dans la rue, je répondrais oui. Être salarié garantit toujours une sécurité de l’emploi et je pense que c’est idéal pour découvrir l’activité de freelance et débuter. 

Si aujourd’hui, tu te poses la question de travailler à la fois en tant que salarié et freelance, essaie. À part des clauses dans un contrat, rien ne t’en empêche. À toi de trouver ton rythme, d'utiliser ton réseau, d'organiser ton temps et surtout d’aimer ce que tu fais ! 

En réalité peu importe où l’on travaille et de quelle manière, le plus important est d’être heureux, d’avoir des moments de vie agréables, s’épanouir et garder du temps pour soi.

A-t-on besoin de cumuler deux activités pour être heureux au quotidien ?

L’argent est-il une raison de ces doubles activités ou tout simplement la passion ?


Apprenez à rédiger de meilleurs articles de blog en 5 jours

Recevez la méthode Sauce Writing pour écrire d'excellents articles de blog, dans votre boite email. Un cours par jour et une méthode utile pour la vie.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
No items found.
Poster un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Merci ! Veuillez patienter, votre commentaire va être publié...
Recharger la page
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Pour poursuivre votre lecture

Voir tous les articles de blog
Article invité
erreurs formulations esprit critique

Quelques formulations erronées

On se trompe, on est trompé et il faut réfléchir.

5 min. de lecture
Article invité
conseils addiction réseaux sociaux

Accro aux réseaux sociaux ? 5 conseils pour les utiliser consciemment

Vous regardez les réseaux sociaux à la moindre occasion ? Vous n’êtes pas seuls ! Voici 5 conseils pour prendre le contrôle de votre utilisation des réseaux sociaux.

8 min. de lecture
Création
obsession création art

Devenir plus obsessionnel avec mon écriture

Je vous parle de mon rapport à l'obsession ; entre fascination, peur du danger et ambition personnelle.

4 min. de lecture
Voir tous les articles de blog