13 Novembre 2019 - Paris, Métro Oberkampf

Je me suis rendu compte que le plus important, ce sont les relations que je crée avec les gens.

Je suis avec Alexandre Dana, fondateur et CEO de LiveMentor, dans la cuisine de son appartement.

Nous sommes en train de préparer à manger. Il arrose d’huile olive le bloc de feta qui grille dans la casserole. Je coupe les oignons et les courgettes en petits morceaux.

Il est 20h15. Un peu plus tôt dans la soirée, nous venions de quitter les bureaux de LiveMentor pour nous diriger vers son appartement, situé à 10 minutes de marche.

En chemin, nous nous sommes arrêtés au Monoprix, pour acheter de quoi préparer notre dîner.

Notre discussion se porte sur mon avenir. Deux mois plus tôt, je lui ai annoncé mon désir de quitter LiveMentor et de me lancer en indépendant. Je me pose des questions sur la suite.

On acte mon départ et on se met d’accord pour que je continue encore 3 mois. Ensuite, à partir du 1er janvier 2020, je volerai de mes propres ailes.

Au-delà de diriger une équipe de 40 personnes, Alexandre est d’abord un coach.

Et comme tout coach, il aime poser le genre de questions qui invitent davantage à une introspection profonde qu’à une réponse immédiate.

Avec qui est-ce que tu as envie de construire des relations fortes, Valentin ?

Il continue.

Moi, j’ai compris que ce qui me motive, ce n’est pas l’argent, la gloire, ou le besoin de reconnaissance.

Ce qui m’intéresse, c’est de créer des liens forts avec un petit groupe de personnes. D’aller plus loin qu’un simple rapport professionnel. J’aime connaître l’intimité des gens. Comprendre ce qui les anime au fond d’eux-mêmes. J’adore rencontrer des personnes qui sont très différentes de celles que je côtoie déjà. C’est incroyablement stimulant.

Par exemple, j’ai créé des liens très forts avec Marina Chiche. Elle a un parcours exceptionnel. Elle m’a ouvert un horizon de pensée complètement nouveau, un univers que je connaissais pas.

Dans ton cas, Valentin, il faut que tu te poses deux questions :

- Qu’est-ce que j’ai profondément envie de faire ? Qu’est-ce qui me motive et que je pourrais faire sans être payé ?
- Avec qui ai-je envie de créer des relations ?”

Aujourd'hui, les réponses à ces questions m’apparaissent comme évidentes.

Mais avant de vous les donner, je vais vous partager le processus qui m’a permis de les trouver.

Je verse les dés de courgette dans la poêle chaude. Alexandre prépare la semoule, ouvre un paquet de jambon italien et ajoute des épices.

Le dîner va être prêt. On quitte la cuisine pour rejoindre le salon. On s’installe à son bureau, qui nous sert de table.

Il me donne un autre conseil.

Il faut que tu dises “non” à l’argent. C’est très important.
J’ai vu énormément de gens qui ne savent pas dire “non” à l’argent et qui passent leur temps à faire des missions qui ne les excitent pas. Ils gagnent très bien leur vie, mais ils ne sont pas heureux. Ils veulent toujours plus et ne savent pas s’arrêter.

Toi, combien d’argent tu aimerais gagner par mois ? Ne rigole pas et n’évite pas ma question. Il faut que tu me donnes un montant.

Tu n’auras pas de mal à trouver des missions en freelance. Mais si tu ne dis pas “non”, tu vas te faire bouffer. Tu ne seras jamais satisfait. Tu ne laisseras jamais le temps à tes vrais projets de se développer. Tu seras pris dans une course permanente.

Alors choisis un montant et tiens toi-y. Une fois atteint, tu dois refuser tout le reste.”

Entrer dans la cour des grands

Je me rappelle de mon premier jour chez LiveMentor, il y a deux ans.

C’était un beau jour de décembre 2017, le lundi 11.

Je sors de la ligne 4, à la station Strasbourg St-Denis. Je me dirige vers les bureaux de LiveMentor de l’époque, rue de Cléry.

Une semaine plus tôt, je terminais mes études, à Rennes. Après un rapide passage chez moi, en Alsace, me voilà désormais à Paris.

Je n’ai pas encore d’appartement, mais j’ai un CDI. C’est déjà ça.

Surtout, un CDI dans une entreprise que j’ai choisie et pour laquelle je suis impatient de travailler.

J’arrive devant le numéro 80, mais je n’ai pas le code la porte.

Heureusement, je suis déjà sur le Slack de LiveMentor. J’ouvre l’application sur mon téléphone et écris sur la chaîne "Général" :

“Hello tout le monde,

je suis nouveau dans l’équipe. Je suis bloqué en bas. Est-ce que quelqu’un peut me donner le code de la porte ?”

On me donne le code. Je monte l’escalier et entre au premier étage. Je passe la porte et je découvre le bureau : un appartement reconverti en lieu de travail. L’espace est assez grand. Sobre.

C’est silencieux. Toute l’équipe n’est pas encore arrivée, mais les quelques personnes présentes sont déjà à l’ouvrage, dans le calme le plus complet.

Je suis accueilli par Jessy, qui s’occupe du marketing, ainsi que par Romain, développeur.

Je pose mes affaires et je m’installe avec Jessy, avec qui je vais travailler au quotidien, sur les canapés de la salle de détente.

J’ai été recruté par LiveMentor pour créer et développer le blog. Alors, on ne perd pas de temps. Jessy me parle de sa vision, du rôle que le blog va jouer dans l’écosystème LiveMentor et du genre de contenu que l’on peut créer. Les idées fusent. Je me sens hyper stimulé et enthousiaste à l’idée de mettre le pied à l’étrier.

La matinée passe rapidement. Je rencontre les autres membres de l’équipe et je salue Alexandre. On m’explique le fonctionnement interne et je m’occupe de quelques formalités administratives.

Alexandre clarifie ma mission : je dois sortir un nouvel article de blog, chaque jour.

Le challenge est élevé. J’entre dans le bain sans me mouiller la nuque. Et c’est très bien comme cela.

Je comprends que si je veux tenir cette cadence, avec un bon niveau de qualité d’articles, je dois être efficace.

J’organise mes journées comme suit.

Le matin :

  • Je choisi le thème de l’article
  • Je brainstorme le plan
  • J’organise les parties
  • Je démarre la rédaction

L’après-midi :

  • Je poursuis la rédaction
  • Une fois le brouillon prêt, je le soumets à Jessy et Alexandre.
  • Je l’améliore grâce à leurs feedbacks
  • Je le mets en forme et le publie

Jusque là, on ne suit pas de stratégie de publication particulière.

Notre seule ligne directrice est de partir des questions que se posent les entrepreneurs accompagnés par LiveMentor, pour y répondre sous forme d’articles.

L’autre priorité est de me rendre rapidement autonome. Cette cadence me permet de prendre le rythme et de m’approprier le ton et style de Copywriting de LiveMentor. Je publie mes premiers articles sur le blog.

Chaque jour qui passe me confirme que j’ai fait le bon choix de rejoindre LiveMentor.

Je viens de finir mes études et LiveMentor est mon premier job. J’ai le sentiment d’être au bon endroit, au bon moment. J’admire les personnes avec qui j’évolue. Je les trouve passionnées par leur job, sympas et très bonnes dans leur domaine respectif.

Jessy réfléchit vite et possède des compétences très solides en Marketing. Acquisition payante, SEO, data : il est bon sur tous les sujets.

Alexandre est au four et au moulin. Il donne des cours. Passe des calls pour inscrire des élèves. Réalise une partie du support. Organise la vie de l’équipe.

Surtout, il possède un goût prononcé pour l’écriture. C’est lui qui s’occupe d’envoyer notre newsletter hebdomadaire.

Pour moi, c’est une grande chance.

Avant d’arriver chez LiveMentor, j’avais déjà écrit de nombreux d’articles sur mon compte Medium et fait un stage en marketing de contenu pour une petite startup.

Mais LiveMentor, c’est un tout autre niveau. C’est une startup avec une belle image, que je trouve impressionnante de l’extérieur.

J’entre dans la cour des grands.

J’espère être à la hauteur et trouver quelqu’un qui pourra me faire progresser et franchir un cap sur l’écriture. À ma grande chance, Alexandre va jouer ce rôle.

Peu de temps après mon arrivée, l’équipe Marketing s’étoffe avec l’arrivée de Masha.

Masha possède une solide expérience en acquisition payante sur Facebook. Son recrutement va nous permettre d'accélérer encore notre croissance.

En quelques semaines, l’équipe Marketing vient de passer de 1 à 3 personnes. Prêts à attaquer la nouvelle année qui arrive.


Humilité et curiosité

Le Vendredi 15 décembre 2017, se tient le Live #1 : une grande journée de conférence que l'on organise.

Près de 200 élèves viennent de toute la France pour se rencontrer entre eux, voir l’équipe LiveMentor et assister à des talks d’entrepreneurs.

L'événement se tient au Théâtre Apollo, à côté de République.

Cela fait seulement 4 jours que j’ai rejoint l’équipe LiveMentor. Je suis encore en pleine phase de découverte.

Dès les premières heures de la journée, je suis frappé par l’énergie, la bienveillance et le sentiment de communauté qui règnent.

Il n’y a aucun jugement. Simplement le plaisir de découvrir le projet et le parcours de l’autre. On s’ajoute sur Facebook et sur LinkedIn. On se partage des bonnes idées et on met en relation les personnes qui ont intérêt à l’être.

Avant cet événement, j’avais déjà passé pas mal de temps à lire les publications des élèves sur le groupe Facebook privé qui rassemble les élèves formés par LiveMentor. Je sais plus ou moins à quoi m’attendre.

Mais là, j’y assiste en vrai.

C’est incroyablement stimulant.

Je ne pouvais pas rêver de meilleure formation. En tant que Copywriter, c’est extrêmement précieux. J’ai besoin de savoir à qui je m’adresse. D’où viennent nos élèves. Ce qui les passionne et qui les inspire. Les rêves qui les poussent à avancer et les démons qu’ils cherchent à fuire.

Dans les semaines qui suivent cet événement, je comprends que si la communauté LiveMentor est aussi soudée, c’est grâce à la puissance de l’écrit.

Si autant de personnes traversent la France pour assister à une journée de conférence, tout un vendredi, c’est grâce aux histoires racontées par Alexandre à travers le groupe Facebook et la newsletter.

C’est grâce à la pédagogie unique qu’il a créée et qu’il véhicule si bien à l’écrit. À sa capacité à simplifier et rendre accessible n’importe quel sujet.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien s’il passe une bonne partie de son discours d’introduction à… lire un passage de la biographie de Magellan par Stefan Zweig, sur scène.

Sur le moment, cela paraît insignifiant.

Mais quand j’y repense, cela représente tellement de choses sur le genre de personne qu’il est et les valeurs qu’il souhaite transmettre.

L’écriture, la lecture et la curiosité sont des qualités insatiables qu’il possède, qu’il a su inculquer à toute son équipe et qu’il partage aux entrepreneurs qui rejoignent LiveMentor.

Je découvre les autres membres de l’équipe : François-Xavier, Cybil, Charles, Victor, Alexandre. La grande majorité sont encore présents aujourd’hui.

J’apprends également à connaître Anaïs, qui était arrivée quelques semaines avant moi et dont les responsabilités sont de plus en plus importantes. Elle n’hésite pas à prendre sur ses épaules les sujets difficiles. Aucun défi ne lui fait peur et elle les relève tous avec brio. Aujourd’hui, elle dirige LiveMentor avec Alexandre et occupe le poste de Directrice Générale.

Quand je suis arrivé, l’équipe était composée d’une quinzaine de personnes.

Aujourd’hui, LiveMentor est une équipe de 50 personnes.

Les valeurs et l’esprit que j’ai connus en arrivant sont restés les mêmes. Chaque nouvelle personne qui rejoint l’équipe semble en être infusée dès le premier jour.

C’est loin d’être simple quand une équipe triple de taille. Des personnes de plus en plus différentes intègrent l’équipe.

Alexandre et Anaïs incarnent les valeurs qu’ils prônent.

L’humilité. La curiosité. Le goût de l’apprentissage. L’envie d’être inclusif et d’aider un maximum de monde. La sobriété.

Ils véhiculent tout cela dans leurs actions, les choix qu’ils font, l’orientation qu’ils donnent à LiveMentor et les discours qu’ils tiennent auprès de l’équipe.

Deux anecdotes illustrent cela.

Nous sommes en mars 2018. L’équipe commence à grandir et il nous faut de nouveaux bureaux. Ceux que l’on occupe rue de Cléry deviennent trop petits.

Trouver des bureaux pour une équipe de 20 personnes, qui peut potentiellement se transformer en équipe de 40 personnes dans l’année, avec un bail flexible, au centre de Paris, est loin d’être aisé.

Alors on saute sur les quelques opportunités qui se présentent, sans faire les difficiles.

Finalement, on se retrouve dans un grand appartement du 8e arrondissement de Paris, avec 5 mètres de hauteur sous plafond, des moulures partout et des miroirs gigantesques dans toutes les pièces.

C’était en décalage avec nos valeurs et l’image que l’on souhaite renvoyer. Même si l’espace était très beau, personne n’a jamais été complètement à l’aise avec. Quand le bail d’un an s’est terminé, on était heureux de retrouver des bureaux plus “modestes”.

Pendant une bonne partie de l’année 2019, Alexandre et Anais se sont battus pour lever des fonds. Ils ont finalement réussi.

Pour la majorité des startups, cela aurait été synonyme d’une campagne intense de communication, d'un passage sur BFM TV et d’un article dans Maddyness.

Pas pour Alexandre et Anaïs.

Cette levée de fonds ne signifie pas grand chose. Ce n’est qu’une étape de plus dans leur mission. Ils n’ont jamais communiqué dessus.


Noël 2018 : Mayday

C’est donc dans cet environnement que je passe mes deux premières années dans la vie active, de fin 2017 à fin 2019.

Mes missions et mon rôle dans l’équipe évoluent progressivement.

Mes compétences restent le Copywriting et la création de contenu, mais j’élargis ma palette :

  • J’écris des “succès d’élèves” : je raconte les histoires d’entrepreneurs que nous avons accompagnés. J’ai écrit celle de Camille, par exemple.
  • Je lance un podcast, Le Café LiveMentor, et j’enregistre 12 épisodes
  • Je crée des cours par emails sur plusieurs thématiques : Le copywriting, Facebook, Wordpress ou encore le freelancing.
  • Je construis des séquences emails pour les lancements de nos nouvelles formations.
  • Je co-rédige avec Alexandre les deux newsletters que nous envoyons chaque semaine aux 200 000 entrepreneurs abonnés.
  • Je rédige et construis en autonomie des pages de vente pour nos formations et nos lancements de produits : la page Socrate, la page De Vinci ou la page MentorApp.

Avant d’arriver chez LiveMentor, j’avais déjà écrit de nombreux articles sur mon compte Medium et publié mon premier livre.

Là, je continue à découvrir de nouveaux territoires d’expression.

Pendant ce temps, j’ai la chance d’évoluer à proximité d’Alexandre. Il m’aide et me transmet ce qu’il sait. Il me fait rencontrer des personnes extérieures pour me faire progresser plus vite.

LiveMentor n’hésite pas à m’aider dans cette démarche et à financer des formations, si besoin. En l'occurrence, je suis la Masterclass de Malcolm Gladwell sur Masterclass.com et la formation “Behind the sales page” de Ramit Sethi.

Alexandre me pousse à ne jamais me satisfaire du “bien”, mais de toujours chercher le “très bien”. Les 10% d’efforts supplémentaires qui vont faire la différence entre un bon texte et un excellent texte.

Chose remarquable, Alexandre a peu d’égo. Quand il ne sait pas faire quelque chose, il n’a pas peur de le dire de manière transparente. Et on apprend comment faire ensemble.

C’est d’ailleurs une autre grande qualité de toutes les personnes qui composent l’équipe LiveMentor.

Une startup est une structure où tout va vite (parfois même un peu trop). On n’hésite pas à mettre de côté un projet quand il n’apporte pas satisfaction. C’est une question de vie ou de mort ; alors il faut parfois faire des choix radicaux.

Évoluer dans un tel environnement requiert de laisser son ego sur le pas de la porte. De ne jamais prendre les critiques ou les questions personnellement. Ne pas prendre les erreurs ou les revers pour soi. Il faut savoir encaisser et rebondir avec le même enthousiasme.

Facile à dire, pas toujours simple à appliquer au quotidien.

Ici, j’aimerais souligner un autre aspect de la culture LiveMentor qui me frappe toujours : la volonté de ne jamais pointer du doigt quelqu’un comme responsable en cas d’erreur.

Les erreurs arrivent toujours. Il m’est arrivé d’en faire.

Mais c’est toujours le process ou le système qui est défaillant. Si la personne s’est trompée, c’est parce qu’elle ne disposait pas des bonnes informations ou n’était pas dans les meilleures conditions.

Alors on ne cherche jamais à savoir qui a “commis la faute”. On trouve comment le problème a pu se produire (en posant 5 fois la question “pourquoi”) et on essaie de créer un système pour qu’il ne se répète pas.

Revenons à l’écriture.

La philosophie qui guide nos actions est simple : il n’y a rien d’insurmontable, uniquement des choses à apprendre.

On doit toujours rester actif. Remettre en question ce que l’on croit être vrai. Chercher d’autres manières de faire. Explorer d’autres angles. Repousser nos limites.

Ne jamais s’endormir.

Cela nous amène vers l’opération de Copywriting qui me rend certainement le plus fier.

Nous sommes en décembre 2018, entre le 10 et le 15 du mois.

Lors d’une réunion hebdomadaire de l’équipe Marketing, Anaïs et Alexandre viennent nous voir :

Les gars, c’est la merde.
Nos chiffres de ce début de mois ne sont pas bons. Il faut que l’on fasse quelque chose pour redresser la barre.

Avec Masha et Killian, qui a rejoint l’équipe Marketing entre temps, on comprend que ce n’est pas une blague.

Les visages sont fermés. La situation est préoccupante.

On brainstorme tous ensemble pendant plusieurs dizaines de minutes et on met sur pied “l’opération LivePass de Noël” : nous allons proposer une partie du catalogue de nos vidéos de formations, à prix réduit.

L’idée n’a rien d’innovante. Mais nécessite du Copywriting. Beaucoup de Copywriting.

Les fêtes de Noël et la fin du mois se rapprochent à chaque minute qui passe.

Si on veut lancer cette opération dans les temps, il n’y a pas une seconde à perdre.

Killian m’aide sur la création des pages d'inscription et du système de paiement.

Je m’occupe du Copywriting des pages et des emails.

Le plan est simple : nous allons envoyer une séquence de 4 emails à toute notre base, pour les rediriger vers une page de vente massive, qui présente cette offre de Noël.

Je passe énormément de temps à affiner le texte de cette page. Je réfléchis :

  • à l’angle que l’on va prendre pour présenter cette offre
  • aux histoires que je vais raconter pour l’enrichir
  • aux problématiques que rencontrent les porteurs de projet, sur lesquelles je vais appuyer dans mon texte
  • aux moyens de créer des connexions logiques entre les différentes parties de mon texte
  • à comment créer un caractère “urgent” et “exceptionnel” à cette opération de Noël
  • à comment présenter le tout de manière simple et claire

Avec Killian, on donne le maximum.

En quelques jours, l’opération est prête à être lancée. Tout est en place.

La veille, c’est un peu le stress dans l’équipe. On a la sensation que c’est quitte ou double : soit cela marche très bien, soit cela fait un flop.

Heureusement pour nous, l’opération cartonne. Les messages Marketing utilisés font mouche et les entrepreneurs de notre communauté profitent du Noël de LiveMentor pour se former en vue de la nouvelle année.

Résultat, on réalise une bonne partie des chiffres du mois en 5 jours.  

Le succès de l’opération dépasse nos attentes et nous en sommes très heureux.

Mais quand on prépare une opération comme celle-ci dans la précipitation, il a toujours des risques que cela “casse” à un endroit.

Les développeurs ont fait un grand travail pour rendre l’équipe Marketing autonome et la doter de ses propres outils.

Mais ils restent indispensables sur certains points.

Ici, c’est le processus de facturation qui n’est pas suffisamment robuste. De nombreuses actions manuelles sont nécessaires.

On passe les deux semaines suivantes à jongler entre Stripe, le document Spreadsheet qui centralise la liste des achats, notre outil de facturation et notre back-office.  

Nos développeurs, Emmanuel, Romain et Cybil s’en souviennent encore.

Mais je crois que le jeu en valait la chandelle.

L’écriture au coeur de la construction de LiveMentor

L’écriture joue un rôle important dans ma vie.

Alors quand j’analyse les deux années que je viens de passer chez LiveMentor, je le fais forcément avec ce prisme. Ma vision des choses est biaisée.

Écrire est ce que je fais. Ce pourquoi je suis arrivé en premier lieu. Et ce que je souhaite continuer à faire, maintenant que je ne fais plus partie de l’équipe.

J’aime écrire chez moi quand je rentre, le soir. Seul, dans le noir.

Mais je ne pensais pas que l’écriture pouvait jouer un rôle aussi important dans une entreprise.

Quand je suis arrivé chez LiveMentor, j’étais convaincu de l’importance d’écrire des articles de blog pour travailler son image de marque, remonter en première page de Google et attirer des clients.

Mon expérience chez LiveMentor m’a enseigné que les bénéfices et les possibilités sont bien plus larges.

L’écriture peut jouer le rôle d’un pilier qui sert de base à toutes les actions et décisions prises.

L’écriture, c’est la communauté.

C’est la première chose qui m’a frappé en arrivant chez LiveMentor.

Alexandre a réussi à créer une relation exceptionnelle avec les entrepreneurs formés par LiveMentor grâce à la puissance de son écriture.

Les élèves portent fièrement le pull LiveMentor. Ils organisent eux-mêmes des Meetups LiveMentor dans toutes les villes de France et de Belgique. Ils parlent de LiveMentor à leurs proches. Ils se déplacent en masse pour assister à des journées de conférence à Paris. Ils envoient des cartes postales et des cadeaux de remerciement au bureau. Ils font rayonner LiveMentor et jouent le rôle d’ambassadeur.

Cela va bien au-delà d’une formation en ligne.

Ils s’identifient au ton utilisé. Aux mots choisi. Aux exemples utilisés. À la philosophie véhiculée.

Je reçois régulièrement des messages d’entrepreneurs m’expliquant que LiveMentor leur a donné envie d’écrire.

Les articles, newsletters et textes écrits il y a deux ans continuent d’avoir un impact et de solidifier la confiance créée avec les entrepreneurs de la communauté.  

L’écriture, c’est la culture.

Chaque vendredi, un “weekly meeting” est organisé : on passe en revue la semaine écoulée et on parle d’un sujet devant toute l’équipe.

Je me souviens d’un weekly tenu par Alexandre, à l’été 2018, sur le thème de l’écriture et de la création de contenu. Pendant 1 heure, il explique à quel point c'est important et pourquoi tout le monde devrait s’y mettre

Pour moi, ce qu’il raconte est évident. C’est que je m’efforce de mettre en application depuis 3 ans.

Mais ce n’est pas le cas de la plupart de l’équipe.

L’écriture est souvent considéré comme une discipline académique un peu lointaine. Et je comprends ce sentiment.

Mais Alexandre présente une autre vision. Il explique pourquoi écrire est le meilleur moyen de construire sa marque personnelle, de se positionner comme un expert de sa thématique, de décrocher un job, de créer des effets cumulés et de rencontrer des gens intéressants.

Il plante une graine dans l’esprit des personnes présentes à ce moment.

Notamment dans celui de Killian, avec qui je suis très proche, et qui commence à s’intéresser à cet univers - au point de publier lui-même ses premiers articles.

Écrire est contagieux.

C’est devenu tellement rare de prendre le temps de s’asseoir seul, dans le silence, pour écrire. C'est presque une anomalie.

Les personnes qui nous côtoient sont intriguées et veulent s’y mettre à leur tour.

J’ai remarqué que l’envie d’écrire part souvent d’une volonté d’enseigner des choses. De partager ce que l’on sait. C’est un acte généreux, envers soi et les autres.

Dans une entreprise qui fait de la formation en ligne, c’est la base.

Je suis très heureux de voir que d’autres personnes de l’équipe s’y sont également mises :

L’écriture est un excellent moyen de se démarquer des autres, dans un contexte où il est difficile de recruter des bons profils. Ces articles jouent un rôle important dans la construction de la marque employeur de LiveMentor.

L’écriture, c’est l’exigence.

Le rôle de l’écriture ne se voit pas uniquement dans les supports évidents (le blog et la newsletter LiveMentor).

Il se constate à chaque instant, dans des domaines très différents, mais non moins importants.

Boileau disait que “ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement".

Écrire est un excellent exercice pour apprendre à clarifier ses pensées. Cela nous force à remettre nos points de vue en question et à chercher des angles d’approche différents.

Vous est-il déjà arrivé de vouloir écrire quelque chose qui vous semble évident, pour finalement vous rendre compte que cela ne l’était pas du tout ?

Je suis prêt à parier que oui.

L’écriture demande une discipline et une rigueur de pensée.

Je le vois avec Alexandre. Il possède une capacité hors-norme à exprimer ses pensées clairement et à convaincre son interlocuteur de ce qu’il veut. Ses cheminements de pensée sont bien construits et cohérents.

Chez LiveMentor, j’ai appris que tout est une question d’approche et d’histoire que l’on raconte.

La même situation peut être abordée sous deux angles opposés. Charge à nous de construire le bon raisonnement.

L’écriture est le meilleur outil de persuasion qu’il soit.


Revenons dans la cuisine d’Alexandre

Nous voilà donc deux ans plus tard.

Alexandre vient d’engloutir le reste de feta grillée.

Je prends une gorgée de bière.

“Alors, Valentin.
Qu’est-ce que tu as profondément envie de faire ?
Avec qui as-tu envie de créer des relations ?”

À la lecture de cet article, je pense que les réponses vous apparaissent comme évidentes : j’ai envie d’écrire. De parler d’écriture. De raconter l’histoire de personnes qui écrivent. D’inspirer d’autres personnes. D'aider des gens à écrire.

Mais pas de n’importe quelle écriture.

Je laisse la fiction de côté. D’autres en parlent beaucoup mieux que moi.

Je veux parler de l’écriture qui permet d’accélérer une carrière. De rencontrer n'importe qui. De clarifier ses pensées. De créer un monopole personnel dans un domaine.

Quand je repense à tout ce que j'ai fait jusqu'à présent, je me rends compte que l’écriture m’a apporté de nombreux bénéfices que je n’aurais jamais soupçonnés.

Cela m'a permis de mieux comprendre qui je suis. De trouver des réponses aux questions que je me posais.

Cela m'a forcé à surmonter mes peurs et à partager mon travail publiquement.

Cela m'a appris à clarifier mes pensées.

Cela m'a permis de générer de nombreuses opportunités professionnelles, dont la plus importante : trouver mon premier job, chez LiveMentor.

Cela m'a permis d'élargir mon réseau et de créer des liens avec des personnes que je n'aurais pas pu rencontrer autrement.

Cela m'a permis de construire une audience et de rassembler des gens intéressés par mon travail.

L'écriture a eu un impact tellement positif dans ma vie, que j'ai publié 2 livres et près de 200 articles sur internet.

Aujourd’hui, j’aimerais rassembler d’autres passionnés d’écriture et aider un maximum de monde à s'y mettre.

J'aimerais créer une communauté dédiée à la maîtrise de cet exercice et à l'assouvissement de la curiosité sans fin qu’il procure.

Si le projet vous intéresse, laissez-moi votre adresse email.